Rechercher dans ce blog

Accueil

jeudi 26 janvier 2017

La faune du Rhône

Les habitants des péniches sont aux premières loges pour observer la faune du fleuve.
Ils en prennent grand soin, même si parfois ils râlent en voyant les castors grignoter les arbres de la ripisylve. Alors, il faut grillager les troncs vite vite pour ne pas voir les arbres dégringoler !


Voici quelques spécimens parmi les plus remarquables.

Les poissons d'abord!
Pas bêtes, il se réfugient entre les péniches et la berge pour ne pas subir les attaques affamées des cormorans.

Des milliers de poissons entre les péniches et la berge - photo de Jérome

Le  cormoran est un oiseau plongeur qui peut rester jusqu'à une minute sous l'eau et avale 400 gr de poisson par jour, soit 164 kg en un an et 50 fois son propre poids. C'est en cela un prédateur!
le cormoran prend son envol - photo de Julien

 Il y a aussi des hérons cendrés qui se perchent sur nos amarres et surveillent les mêmes poissons... ah la la sale temps pour les poissons!
un héron cendré qui dort tranquillement
Et puis, récemment, un martin-pêcheur aux couleurs éclatantes... encore un qui aime bien les poissons!
un martin-pêcheur avec sa proie
Côté canards, il n'en manque pas. Ils ont coutume de pondre leurs oeufs dans nos jardinières et à l'éclosion, ils sautent dans l'eau comme si ils avaient fait ça toute leur vie (et pourtant c'est haut une péniche!).

Venu d'on ne sait où, un canard mandarin cohabite gentiment avec les canards de nos contrées. Comme quoi, oui oui oui, migration peut rimer avec vivre-ensemble!

le canard mandarin et son copain (ici une femelle col-vert)

Passons aux rongeurs maintenant!
Peu de rats communs sur les bords du Rhône, mais des ragondins (famille des castors et pas des rats!), ces merveilleux animaux à la fourrure dense et brillante sont herbivores essentiellement , mais ne dédaignent pas les moules d'eau douce.
ragondin qui se régale des petites herbes


Et puis, je vous avais promis les castors. Ils sont énormes :  1 bon mètre de long sans la queue. Ils arrivent en général le soir venu et adorent croquer les écorces de saules. Pas sauvages du tout, vous les chassez mais ils reviennent de plus belle une fois que vous avez le dos tourné! 
C'est pour les arbres que c'est le sale temps avec eux! 
On a même vu un chien se précipiter à l'eau pour tenter d'en attraper un, mais le castor ne s'est pas laissé impressionner. Il s'est éloigné d'un coup de queue et est revenu, cinq minutes après que le chien tout penaud ait abandonné!
castor à l'affut d'un beau saule bien croquant!

et voilà le travail!
Bon, on n'oublie pas les cygnes qui sont légion et chaque matin, tapent du bec sur la coque de nos bateaux, côté fenêtre de la cuisine, pour récolter le bout de pain du petit-déjeuner. Attention, ils ne sont pas très sympa et n'hésitent pas à vous chopper le doigt avec le bout de pain!
 
Au printemps, les petits cygnes naissent. Il sont transportés sur le dos de leur maman et vont rester gris pendant encore quelques mois, avant de prendre leur belle couleur blanche immaculée.





1 commentaire:

vos commentaires sont les bienvenus!